Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 08:00

Sans titre-copie-1

Eh oui, comme l'indique le titre, c'est ma 32ème participation à la  joyeuse pochade qui rassemble

 ZetteMhfOrfeenixJouffletteCortisone, Hadalalibella,

 JulienChrisPetit Scarabée , CathyJean-Michel et votre serviteur.

32, et j'en ai raté quelques unes, par paresse, empêchement ou simple manque d'inpiration... Ne trouvez-vous  pas que ça tourne à l'institution ?

Alors, de quoi qu'on cause entre Noël et le jour de l'an ? de nos premiers souvenirs de fêtes, on ne peut pas toujours être originaux...

Je ne trouve pas de premier souvenir singulier autour de la célébration de Noël. Je me souviens seulement de la dimension strictement religieuse qui était donnée à la fête. Interdiction de parler du Père Noël, cette invention païenne. Cela n'empêchait pas de se livrer au rituel des chaussures laissées le soir du 24 au pied de la cheminée, à côté de la Crèche qui attendait l'arrivée de l'enfant Jésus. Au réveil, le lendemain matin, on constatait qu'Il était venu se placer entre le bœuf et l'âne, et Maman affirmait que c'etait Lui qui avait déposé une orange dans chaque chaussure et non pas un grotesque bonhomme inventé pour tromper les petits enfants crédules ! Il y avait certainement quelque autre cadeau, mais, sans mentir, je ne me souviensde façon assurée  que de l'orange.

Peut-être mon goût du paradoxe remonte-t-il à cette époque. Entendre sa mère affirmer dans la même phrase, ou presque, que le père Noël n'existait pas, qu'il ne fallait pas mentir aux enfants et que c'était le Petit Jésus qui apportait les cadeaux, ça vous forge le tempérament ! Cela ne m'a pourtant pas conduit à conserver la foi inébranlable qu'elle -ma mère- aurait voulu partager avec ses enfants. Je suis retourné à l'église de mon enfance, au centre du village et ce que j'ai lu sur son porche, bien peu d'amour et beaucoup de menaces ne m'a pas incité à faire le chemin du retour vers les croyances de mes parents...

nouveau-0437.JPG

DSCF3821.JPG

Craignez la mort inexorable
Qui chers mortels tient sous ses lois
Tantôt le Sauveur adorable
Et vous et nous aussi nos Rois 

On ne peut mettre en parallèle
Aucuns tourments & la rigueur
Que fait souffrir cette Cruelle 
À tous ceux qui meurent pêcheurs

Vous avez peur de ma figure
Pauvres mortels mais c'est en vain
D'appréhender une peinture 
Qui sera la vôtre demain. 

Puisque vous ne savez pas l'heure
Ni le moment de votre mort
Qu'un chacun veille, prie & pleure
Afin d'avoir un heureux sort 

De vos défunts ayez mémoire
Dont les tombeaux sont en ce lieu
Et les âmes en  ce purgatoire 
Qui n'avoir su que de voir Dieu 

Partager cet article
Repost0

commentaires

L

Ah, les noels religieux. J'y ai eu droit aussi, mais on ne m'a jamais empêché de croire au père noel. Chez nous, le vieux barbu était de mèche avec le p'tit Jésus ;)
Répondre
J

ej ne suis pas choquée par ce que tu penses, mais par l'interdiction de ta Maman de ne pas croire au Père noël. C'est triste :o/
Répondre
J

Pour le côté religieux, j'ai vécu des fêtes de Noël moins "flippantes".


L'histoire du Père Noël est peut être païenne, mais elle n'empêche pas de croire en Dieu, en Jésus etc. la preuve : moi ! ^_^



Bonnes fêtes de fin d'année !
Répondre
P


Mon propos n'est pas de choquer les croyants, mais je ne fais plus partie de leur camp !


bises du papi païen !



J

Joyeux Noël Papiluc ! Et je vois que le mystique et le religieux ont compté pour toi aussi...
Répondre
M

Effectivement, ça ne rigole pas ce texte...


L'orange comme cadeau, ma grand mère me disait cela aussi, que le monde a changé pour le coup....


32 et le temps passe si vite... C'est sympa comme institution ;-)
Répondre
P


Je ne voudrais pas plomber l'ambiance ! Ce serait-y que l'institution m'inquiète ?



Présentation

  • : Luc Lambert
  • : Qu'aimeriez vous savoir ?
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Y'a des amis

Et en plus, pour qui aime :

Liens