Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 15:38

 

Ce samedi, Virginie B s'interroge sur nos pacotilles pour son Défi photo ! cette photo(qui)ne parle qu'à moi : 

 

« Je te propose de gagner un bijou pour les kids en me montrant samedi 9 mars ton bijou préféré !

 

Et toi femme/homme à bijoux ? »


Pas de bijou pour Papiluc ! Je n'ai jamais eu de goût pour le clinquant, mes camarades qui portaient une gourmette à leur nom ou une chaîne avec médaille me semblaient trop apprêtés pour être sympathiques. Une chevalière me semblait un comble d'agressivité. Rapidement, je me suis aperçu que les montres ne m'aimaient pas : elles s'arrêtaient ou se détraquaient lorsque je les portais à mon poignet... Plus de montre donc, aucun bijou. Je ne porte que mon alliance (depuis plus de 42 ans) car j'apprécie le symbole, montrer à qui me regarde que je suis le maillon d'une chaîne, même si je suis loin d'être un parfait époux !

alliance.JPG

Désolé, Virginie, mais les bijoux n'arrivent à susciter que mon ironie !

Bijoux-de-la-Castafiore3.jpg

 

 

 

Repost 0
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 16:18

Pour changer cette semaine, MHF s'est faite le relais de Sandrine Cambroussienne et elle nous propose de parler de bouffe dans notre Première Fois du mercredi.

Capturer-copie-13.JPG

A table donc !

Quels souvenirs de gastronomie enfantine ? Les premiers qui arrivent sont ceux des potages de l'enfance, du bouillon de poule avec des pâtes. Un souvenir horrible : le tapioca dont je détestais la gluance ; un autre plus agréable : les petites pâtes alphabet que l'on posait sur le bord de son assiette pour écrire son prénom (trop facile quand on a un prénom de trois lettres !) et puis bientôt d'autres mots.

Le souvenir que je veux partager avec vous ne date pas de ma première enfance mais de la renaissance que j'ai connue en changeant totalement de région, un peu avant d'avoir 14 ans : Marseille, je vous en ai déjà parlé par ci par ! On change de ciel et l'on découvre d'autres façons de se nourrir. La bouillabaisse, bien sûr mais surtout la Soupe Au Pistou, un nouveau potage avec des pâtes, donc, mais surtout un mets si copieux et si complet que notre mère le décréta d'emblée "Plat Unique". L'oncle facétieux qui venait partager notre repas ne manquait jamais de ponctuer l'arrivée de la soupière fumante d'un « Il est vareuse » hilare et sonore !

 


 

Repost 0
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 08:00

Jeudi 28 février

Dimanche, c'est la fête des grands mères. En voilà encore une invention destinée à promouvoir les commerces de fleurs, de pâtisserie et de confiserie !

C'est pour cela que Virginie B pour son Défi photo ! cette photo(qui)ne parle qu'à moi„ de la semaine nous parle de sa grand mère et nous demande de lui montrer une fleur, ou plusieurs.

Des fleurs, j'en trouve en abondance au hasard de mes pages et je ne sais pas encore la quelle je vais vous montrer, mais j'ai surtout l'envie de saisir l'occasion pour parler un peu de ma mère et de mes deux grands mères. Je me demande quelles auraient leur réaction à l'actualité récente. Elles étaient toutes les trois parfaitement monarchistes, convaincues que nous sommes soumis à l'autorité de chefs désignés par Notre Seigneur. Comment auraient elles compris la démission de Pape ? Je suis persuadé qu'elles en auraient été toutes abasourdies, que cet événement aurait été ressenti par elles comme inacceptable, incompréhensible.

Voir l'image de ce vieil homme nous annonçant qu'il s'en va m'a rappelé la façon dont Léo Ferré s'adressait à son prédecesseur. Je la trouvais savoureuse à l'époque et elle me séduit encore aujourd'hui.

 

 
 Vendredi 1er mars 

Eh ! Papiluc, ça signifie quoi, ces élucubrations sur le temps passé ?
Où est-ce qu'elle est ta fleur ?
On ne peut pas confondre Ferré et Fleuriste.
Nul ne sait quelle fleur donnerait la graine d'anar si l'on avait
  • le courage, 
  • la folie, 
  • la sagesse
de la laisser s'épanouir !

Samedi 2 mars
 Publication.

Dscf4391-.jpg
Une fleur violette pour Virginie !
Repost 0
27 février 2013 3 27 /02 /février /2013 17:18

http://www.conte-et-legende.fr/wp-content/uploads/2012/11/Jeu-de-loie.jpgPour ce mercredi Première Fois, MHF a choisi cette semaine les jeux de société. Difficile d'évoquer une première aventure dans ce domaine. J'ai l'impression d'avoir toujours  joué. Comment déterminer quelle forme a pris la toute première expérience ? Qui est arrivé en premier ? Il me semble entendre la voix fluette de celui de mes deux plus jeunes petits enfants qui a été devancé par l'autre pour arriver à la porte de la maison :

− « On n'avait pas dit qu'on faisait la course ! »

Eh oui, il y a toujours un petit parfum de compétition dans le jeu, même s'il reste, heureusement, bon enfant ! L'arbitre dont  j'endosse le costume ce soir ne peut pas affirmer qui est  prem' ni qui devra payer l'amende.

Je me souviens du Jeu de l'Oie, de la difficulté due à l'utilisation de deux dés (il faut déjà connaître ses tables d'addition), des cases pièges où l'on est prisonnier jusqu'à ce qu'un autre joueur vienne, à son corps défendant, vous délivrer, de la frustration que l'on ressent lorsqu'on a atteint la case 63 qui signifie victoire mais que l'on doit retourner en arrière parcequ'on a fait trop de points. Le mieux est l'ennemi du bien...

Je me souviens aussi des Petits Chevaux, quand il faut  avoir tiré un 6 pour pouvoir enfin entrer en jeu, de la possibilité de renvoyer l'adversaire à l'écurie en prenant sa place et du risque de subir la même avanie, de la difficulté qu'il y a à se mettre enfin à l'abri en arrivant juste à la case arrivée, comme au Jeu de l'Oie avec l'épreuve supplémentaire de monter ensuite chaque marche en tirant chaque fois le numéro de la marche suivante...

Il est tard, je rentre les dés...


À mercredi prochain ZetteMhfOrfeenixJoufflette,Cortisone,
 HadalalibellaJulien, ChrisPetitScarabée , Cathy,  JeanMichel , Justine  pour de nouvelles aventures !


Repost 0
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 08:00

 

Tu lis quoi en ce moment ? (c'est le thème du défi de samedi 23 février, montre moi ce que tu lis, un livre, une recette, un blog, le journal....???)

 

*rdv samedi 23 février

NON ! je ne vais pas encore  une fois feindre de m'insurger contre l'indiscrétion de Virginie B qui, au prétexte de son Défi photo ! cherche, de semaine en semaine, à pénétrer notre intimité, nous dépouillant chaque fois un peu plus de ce qu'il nous reste de pudeur. Si je veux me faire plaindre, comme je viens de mettre un peu d'ordre dans mon armoire à pharmacie, je vais prétendre que je ne lis plus depuis longtemps que les notices des tombereaux de médicaments dont m'abreuve le corps médical (j'aime mettre en avant ma facette grand malade) mais ce ne serait pas très visuel et je n'oublie pas qu'il s'agit montrer “cette photo (qui)ne parle qu'à moi„

Alors,  je soulève mon apathie, saisis mon APN et monte jusqu'à ma table de nuit.

En ce moment, je me laisse guider avec bonheur par Dennis Lehane dans les villes et les faubourgs de la Nouvelle Angleterre à la fin de la première guerre mondiale. Et puis, de temps à autre, je vais butiner au hasard des pages une pensée profonde, futile ou cocasse parmi « Les Idées des Autres »

 

nouveau 0153Simon Leys ~ Les idées des autres : Pour l'amusement des lecteurs oisifs ~ Editions Plon


Dennis Lehane ~ Un Pays à l'Aube ~ Traduction (américain) : Isabelle Maillet ~ Rivages / Noir


Ces deux livres m'ont été offerts par mes enfants (Remerciements)


 

Repost 0
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 21:16

C'est mercredi, c'est première fois et cette semaine, c'est Cathy qui a lancé l'idée : « Je propose le souvenir d'une boutique ou d'un commerçant de notre enfance, ça vous dit ? » Eh bien banco ! C'est vrai que nos premiers pas dans le commerce sont déterminants et que les souvenirs affluent. Je vous ai déjà raconté l'épicerie buvette de Madame Chouzenou dans le village de mon enfance, j'ai aussi, dans un autre lieu, inventé Monsieur Yacine l'épicier chez lequel j'aurais aimé acheter des roudoudous. J'ai évoqué la boulangerie de Nantes, en 1956, quand le gros pain était vendu 54 Francs ! Je ne crois pas vous avoir déjà parlé de la boulangère de Marseille que nous appelions Madame ”Bien le merci„ puisque c'était sa formule pour nous souhaiter l'au revoir. pas plus que de madame Amiel, notre proche voisine épicière où la famille avait un compte ouvert...

Non, ce ne sont pas ces souvenirs là que j'ai envie ce soir d'échanger avecvous,ZetteMhfOrfeenixJoufflette,Cortisone, HadalalibellaJulien, Chris
Petit Scarabée , Cathy,  Jean-Michel , 
Justine  mais d'un autre que je n'ai pas voulu vous proposer comme thème, tant il me semble tiré par les cheveux, même s'il est, vous pourrez le constater en rapport avec le commerce :

 La première fois où j'ai été choisi comme cadeau d'anniversaire !

C'est il y a déjà longtemps, quand je travaillais comme éducateur auprès d'adolescents déficients mentaux. Nous menions alors un  travail en équipe, tant le personnel éducatif , les intervenants thérapeutiques ou sociaux que les administratifs avec pour objectif d'accompagner, dans la mesure du possible, vers l'univers du travail ces grandes personnes chez qui le handicap maintenait un  comportement  de très jeune enfant... Nous tentions de parvenir à des apprentissages utiles en installant une relation de confiance qui passait nécessairement par une dimension affective. Pour cela nous veillions, en dehors des ateliers, à établir les bonnes relations sociales que nous jugions aussi importantes que les connaissances techniques, pour ces jeunes gens qui avaient tant de difficultés à les acquérir.

Nous étions donc une "école technique" qui devait piloter des personnes dont le comportement était souvent plus proche de l'école maternelle que de l'école d'ingénieur, beaucoup ayant de grandes difficultés d'élocution, quand ils n'étaient pas totalement mutiques. Nous avions coutûme de leur souhaiter leur anniversaire, tant pour le côté chaleureux de cette célébration que pour souligner l'importance de grandir, de vieillir et d'en être conscients. Cette année là, nous avions convenu de leur demander de choisir le cadeau d'anniversaire que nous leur offririons, chacun, selon son niveau, nous le demandant oralement, voire par écrit pour les plus "débrouillés" ou bien nous désignant dans un  catalogue ou dans un journal illustré l'objet de ses rêves.

Lorsque  l'anniversaire de S. arriva, pour bien  fêter ses 18 ans nous lui avons donc demandé ce qu'il voulait qu'on lui donne. C'était un  grand garçon très gentil, même s'il n'était pas vraiment performant. Il parlait vraiment très peu. Nous pensions donc que son choix serait difficile et nous avions préparé les catalogue habituels pour lui montrer différentes images en attendant qu'il montre son intérêt pour l'une d'elles. La suite des événements ne manqua pas de nous surprendre. S. s'est en effet montré beaucoup plus détérminé que nous l'avions supposé. Dès que la question lui fut posée, il tendit son index vers moi en me nommant, ce qu'il faisait très rarement :

—« Luc ! »

(Ne me dites pas que je ne suis pas un cadeau, j'en suis bien persuadé.) 

Nous avons donc cherché à lui faire exprimer un autre choix :

—« Tu n'aurais pas envie d'un disque, d'un jeu, d'un habit ?», mais il ne démordait pas de sa première demande

—« Luc ! »

Nous nous sommes donc concertés en équipe. Non, je n'allais pas m'offrir à S. ce qui ne correspondait ni à mes aspirations ni à mes capacités et n'était absolument pas compatible avec le règlement de l'école ! Il fallait pourtant répondre à cette demande beaucoup plus affirmée queRose des Sables nous l'avions supposée. Il fut donc convenu que j'emmènerai S. choisir un gâteau et c'est ce qui fut fait. Nous avons pris le bus B  jusqu'à la rue de la Paroisse à Versailles et nous nous sommes régalés ensemble de pâtisseries et de thé chez Gaulupeau, un salon de thé réputé.

Ça reste un excellent souvenir pour moi, et je serais curieux de savoir si S. s'en souvient aussi. Je ne pense pas que je le saurai jamais !

 

Repost 0
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 08:00

 

Le 14 février 2008, un rayon de soleil annonçant le retour prochain du printemps, projeta l'ombre du mirabellier sur le mur du garage. Toujours aussi fleur-bleue, malgré l'âge qui vient raidir les articulations et freiner les émerveillements, je voulus y voir l'image d'un cœur apparu à bon escient pour célébrer la Saint Valentin et je publiai son image ici.

Aujourd'hui, cinq ans plus tard déjà, je ne trouve (je ne cherche) pas d'autre image pour relever le nouveau Défi Photo ! que nous  propose cette semaine Virginie B :

 

 

C'est pour cette occasion que je te donne rendez-vous pour le défi photo sur le thème d'un coeur !

 

0Un coeur à manger,

Un coeur en déco,

Un coeur grifonné sur une feuille,

Un coeur dans ta maison...


valantin2008.jpg

Joyeuse belle entrée à tous dans le nouveau printemps !

Repost 0
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 08:00

blanche.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aujourd'hui, mardi 12 février 2013, mon papa aurait 100 ans ! Est ce
pour cela que j'ai eu envie, avec mes copains des ”Premières fois„ (
ZetteMhfOrfeenixJoufflette,Cortisone, HadalalibellaJulien,
 ChrisPetit Scarabée , Cathy et Jean-Michel , par exemple et puis
Justine, nouvelle venue) 
de parler d'une première rencontre avec une personne très âgée. Non pas, bien entendu que mon père ait été vieux lorsque je fis sa connaissance. Je ne me souviens pas de lui comme
d'une vieille personne, mais par contre sa mère à lui, ma Mamie Blanche,
je n'ai pas d'autre souvenir d'elle. Elle venait vivre avec nous pendant
les congés scolaire. Il faut expliquer qu'en fait nous habitions  la maison qu'elle avait acheté juste après la guerre pour accueillir son quatrième
fils, mon père, que ses blessures empêchaient alors de prendre un emploi. C'est donc en fait chez elle qu'elle venait nous retrouver. Elle était née
le 17 septembre 1877, c'était donc authentiquement une vieille dame
et sans doute en  jouait elle le rôle. De plus, mon autre grand-mère, qui aurait pu être sa fille, ne se gênait pas pour le souligner, me rappelant à chaque fois que je la voyais que c'était peut être la dernière. Une soixantaine d'année plus tard, j'en viens à penser qu'il y avait peut-être
une forme de rivalité entre ces deux femmes...

Je me souviens d'elle s'installant dehors, près de la salle à manger, sur
une chaise où elle lisait son missel paroissien à l'aide d'une loupe... Je la revois vêtue de noir, sa robe m'évoquant la soutane du curé du village.
Une goutte claire perlait souvent à son nez, étincellant dans le soleil de l'après-midi. Elle l'essuyait,  tamponnant son nez sans souffler avec un mouchoir blanc qu'elle rangeait ensuite, roulé, dans le poignet de la manche de son corsage. J
e n'imagine pas lui avoir jamais vu une poche.  

Elle participait aussi à nos jeux de charade avec mes cousins  et cousines plus âgés que moi et elle montrait à ces moments l'entrain de la jeune fille qu'elle avait été et dont voyions l'image  dans le buste la représentant,
campant fièrement sur une console de son autre maison, apportant le témoignage de la splendeur qu'elle avait connu dans sa jeunesse, avant
que la crise, déjà, lui fasse connaître des conditions de vie plus difficiles...


Repost 0
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 23:16

Docteur, pouvez vous me faire un mot d'excuse pour le nouveau

 Défi Photo ! de Virginie B ?

 http://www.afd.asso.fr/sites/default/files/imagecache/maxwidth_250/mme_echelle_0.jpg

 

 

 Pour  gagner, il te suffit de me montrer aujourd'hui un dessert, du sucré 

 

douceur.JPG

 

Eh bien, j'ai encore craqué !

Repost 0
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 08:00

Est-ce fatigue, lassitude, effet des rigueurs climatiques aux quelles l'hiver nous soumet enfin ? Serait-ce plutôt la conséquence de mon égoïsme démesuré, de mon orgueil fabuleux ? Je me creuse la tête depuis plus de trois jours et je n'arrive pas à trouver le souvenir que recherchent cette semaine les copains de la «première fois» :

Capturer-copie-12.JPG

Bon sang, mais qui a pu être la première personne que j'ai rencontré et qui ait compté pour moi suffisamment pour que je vous en parle ici ? 

Les premières personnes que j'ai vu se pencher sur mon berceau, ce sont mes parents. Ils étaient certes extraordinaires, mais ils ne correspondent pas à la description que nous propose MHF «quelqu'un dont on se rappelle encore aujourd'hui sans l'avoir revu... » parce qu'il se trouve que mes parents, je les ai revus quelques fois.

S'il faut choisir quelqu'un, je vais vous parler d'un anglais qui est venu chez nous et qui est resté quelque temps. C'est quelqu'un que mon père avait rencontré lorsqu'il était prisonnier de guerre et blessé en Allemagne. Il apportait une note d'exotisme avec son accent et il venait de la vie antérieure de mon papa, d'un passé encore proche mais qu'on évoquait jamais.

C'est sans doute mon premier étrange étranger et pour cela il a dû compter dans le cheminement de celui qui comme dit comme Aragon  « j'aimais déjà les étrangères quand j'étais un petit enfant»

Sans aucun rapport, mais pourquoi en faudrait-il ? je joins à ce billet foutraque la photo d'un inconnu que je retrouve dans mes archives de mai 2009... Comprend qui peut.

-DSCF7001.JPG


Repost 0

Présentation

  • : Luc Lambert
  • Luc Lambert
  • : Qu'aimeriez vous savoir ?
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Y'a des amis

Et en plus, pour qui aime :

Liens