Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 09:54
Partager cet article
Repost0
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 08:00

C'est une nouvelleSans titre-copie-1et nous (ZetteMhf, Cortisone,  Orfeenix, Joufflette ,  Hadalalibella JulienChris,
 
PetitScarabéeCathy et  JeanMichel) avons choisi de parler de notre premier jour au collège. On a parfois de drôles d'idées !

Vous savez déjà que j'ai eu une scolarité atypique (Alors frisotté, on va à l'école) et, de fait, le passage en sixième s'est fait pour moi sans changer de lieu, il fallait simplement changer de bâtiment, passer chez les grands pour découvrir une nouvelle forme de scolarité. Plusieurs professeurs (je me souviens de Monsieur Clément,  le professeur de Sciences Naturelles qui nous faisait découvrir l'histoire des religions) Apprendre le latin et l'anglais. Avoir un emploi du temps comportant des trous (c'est peut-être cette année là que j'ai découvert le plaisir de devenir délinquant et non pas deux ans plus tôt comme j'essayais de vous le faire croire Enfant voleur)

On n'appelait pas ça le collège, et pourtant ce mot a une importance pour moi, si j'en crois un texte que j'écrivais pas mal d'années plus tard :

 

 

AGITATION

Je ne peux pas rester en place
Toujours marcher
Faire les cent pas sans que rien lasse,
Pourquoi tricher ?
Je ne peux pas rester en place.
Où irai-je ?
Où me mènent tous ces pas,
Au collège
Je l'ai quitté depuis cent ans déjà.
Ou bien chez moi ?
Je ne sais pas où est chez moi.

Carrefour en croix
Quelle route prendre ? Aller droit
Quelle est la bonne ?
Droite, gauche 
Va donc te faire pendre !
Disait cet homme
Me faire pendre,
C'est peut être ça la solution,
La route à prendre.
Où aller, c'est toute la question.
Me reposer
Où trouverai-je le gibet ?
Profond fossé 
Le traverser et succomber
Les pieds à un mêtre du sol
Immobilité
Un mêtre de corde et mon col
Bien arrêté,
Et puis je veux comme épitaphe
Il était fou 
Je ne peux pas rester en place... 

DSCF9966.JPG

Partager cet article
Repost0
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 21:48
Il y a bientôt 48 heures, Zoé est née, alors vous m'excuserez  ZetteMhf,  Orfeenix,  JouffletteCortisone,  Hadalalibella JulienChrisPetitScarabée 

Cathy et  JeanMichel , je n'ai pas trop la tête à penser à nos petites

Sans titre-copie-1

Je reviendrai la semaine prochaine ...

nouveau-0228.JPG nouveau-0244.JPG


Partager cet article
Repost0
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 08:00
Sans titre-copie-9

C'est vrai ! j'étais un enfant voleur, j'ai déja pu en parler à une autre occasion (ici) et voilà que  ZetteMhf,  Orfeenix,  JouffletteCortisone,  Hadalalibella JulienChrisPetitScarabée 
Cathy et  JeanMichel m'amènent à revenir sur le sujet dans le cadre de nos « Premières Fois » de Blog-it Express. Tout ça pour que Laora Lulu qui arrive dans notre groupe se fasse une bonne opinion. Merci les copains !

 

Nantes 1957 ~ Je n'ai pas encore 10 ans quand je rentre en 8ème au Lycée Jules Vernesiteon0.jpg, en centre ville, loin de notre maison qui était du côté du Rond Point de Vannes. Que de changements pour le jeune garçon que j'étais ! Le plus important étant sans doute d'avoir du temps vacant, après l'école, en attendant que mon père sorte du travail et que nous rentrions ensemble à la maison. Je pris vite l'habitude d'aller me promener dans le magasin Decré, tout proche, pour faire passer plus vite le temps. Un grand magasin, c'est une caverne d'Ali Baba dans laquelle on entre sans même avoir à prononcer le moindre sésame ! Je trainais donc souvent à l'étage des  jeux et jouets et j'étais fasciné par les balles en mousse avec les quelles je voyais jouer mes cousines (devant, sur le côté, en claquant des mains devant, derrière, toute une chorégraphie, si vous vous en souvenez mesdames, dites le moi en commentaire et rappelez moi comment vous y jouiez.) j'aimais les toucher, les regarder, les sentir, oui, cette mousse avait une odeur... Elles ne devaient coûter que quelques francs de l'époque mais je n'avais pas un sou et l'idée de m'en faire offrir http://1.bp.blogspot.com/_OuszSjD3Ye8/SstMRQjKPNI/AAAAAAAADpQ/MoaBlhYwJQA/s320/DECRE+Nantes+apr%C3%A8s-guerre+(2).jpgune ne m'était pas venue. Et puis un beau jour lors de ma visite, après avoir une nouvelle fois contemplé, soupesé, reniflé l'objet de mon désir, plutôt que de le remettre sur le rayon,  je l'ai tout simplement mis dans ma poche et je suis sorti sans encombre. Je découvrais le goût subtil de l'impunité et donc le désir de recommencer. Je ne me souviens pas combien de fois j'ai répété ce larcin mais plusieurs fois en tout cas, jusqu'au jour où une vendeuse découvrit mon manège et me demanda de vider mes poches ! Je ne vous explique pas le http://www.photoshop-creation.com/tuto_CS2/tuto_balle/24.jpgsermon qui me fut fait dans les bureaux. Je dus me montrer gentil, modeste, confus, toujours est il qu'en conclusion on me laissa partir en se contentant de me menacer d'avertir mes parents si je recommençais, ce qui n'eut bien sûr pas lieu.

Voilà, c'est la première fois que je raconte cette histoire. Mes parents ne l'ont jamais su mais, rendez vous compte,  si ça se trouve, mes petites filles vont lire ce blog, comment voulez vous que je conserve un soupçon d'autorité sur elles ?





Partager cet article
Repost0
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 08:00

 

Deuxième défi croqueurs de mots pour 2012, et c'est Pascale elle même, le Capitaine, qui s'empare de la barre et qui veut qu'on parle de nous.

Est-ce simplement la flemme (composante essentielle de ma personnalité), mon versant anarchiste (ni dieu ni capitaine) ou bien l'émotion que suscite en moi la date d'aujourd'hui (41 ans de mariage), toujours est il que j'ai failli à mon désir de relever le défi, j'ai trop laissé filer le temps et en guise de description je vous propose une triste ballade improvisée en vitesse sur le thème.

A L'ABORDAGE ! .....DÉFI N°73

le-defi

 

Défi n°73 " Autoportrait "

 ( METTRE EN TITRE DE VOTRE ARTICLE POUR LA LISIBILITE)

 

Ecrivez votre autoportrait actuel (physique et moral)

  dans un  lieu qui vous ressemble

comme si l'on "vous" observait de l'extérieur ou

comme si vous "vous" rencontriez pour la première fois..

Donnez nous envie de "vous" connaitre plus avant ou pas ?

vous pouvez employer

l'auto-sastisfaction, l'auto-dérision, l'auto-critique, l'auto-défense,

l'auto-cuiseur, ou l'autoroute...

 

Vous écrirez un texte sous la forme qui vous plaira

 

A vos pinceaux en poils ou en plumes  !!

 

Postez votre texte pour

 Lundi 23 Janvier à 8 heures


 

Homme qui laisse passer le temps

 

Le long d’une allée empierrée

Voyez celui qui maintenant

Ecoute toute la journée

Des oiseaux l’agréable chant

En imitant les jeux d’enfants

Qu’il pratiquait dans ces années

Hélas, ce que l’âge est méchant

Pour qui laisse passer le temps !

 

Découvre, silhouette ombrée,

Celui-ci et, en l'appelant

Permets-lui donc qu'à l'apogée

De son âge, en décrivant

Son corps usé, trop mal portant

Pour te séduire, ô bien aimée

Il laisse encor passer le temps

 

Et tout autour la maisonnée

Où l'on s'agite encore autant

Montre toujours bien habillée

Son apparence lui qui pourtant

Rêve d'un lac ou d'un étang

Barque où l'amie est emmenée

Dans le courant d'air s'envolant

Sans qui laisser passer le temps

 

ENVOI          

Lectrice ne sois abusée

Par  ballade griffonnée

Nonchalante en un instant

Par qui laissa passer le temps

 

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 08:00

Sans titre-copie-1

C'est reparti ! la bande des « Premières Fois » de
 Blog-it Express.
   ZetteMhfOrfeenixJoufflette,
 Cortisone, Hadalalibella, JulienChrisPetit Scarabée , Cathy et
 Jean-Michel se propose d'exposer ses premières colères... 

Je me suis certainement souvent mis en colère. Il m'arrive de me montrer sous un jour désagréable, j'ai conscience de pouvoir laisser exploser ma mauvaise humeur, quitte à choquer mon entourage, je peux être odieux, n'insistez pas,  je sens que ça va péter !

ROGNE.jpg

Allons, cessons de tergiverser, ce sujet me gêne, c'est manifeste. Sans doute essaie-t-on d'oublier ses colères parceque ce sont des épisodes où l'on montre une image peu  flatteuse de soi-même. Savez vous ce qu'est que la honte ?

Le souvenir qui me revient n'est vraiment pas reluisant. J'avais quatorze ou quinze ans, je commençais comme il est normal à me différencier de la sainte famille. Un beau jour, alors que le soleil et la douceur du temps incitaient à ouvrir en grand toutes les fenêtres, je ne sais plus quel était le sujet de discorde entre ma mère et moi, il était nécessairement important : tout est important quand on a quatorze ans. Le ton est monté, l'incompréhension réciproque venait au paroxisme, et j'ai appelé ma mère "salope"... Elle me fit alors remarquer que ma voix changeait, je n'avais plus la voix fluette de l'enfance, et les voisins m'entendant pouvaient croire que c'était mon père qui traitait ainsi sa femme.

Cinquante ans ont passé et aujourd'hui encore je ressens la honte !

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 14:58

 

Au Nigeria, "le sentiment de peur est omniprésent"

LEMONDE.FR avec AFP | 10.01.12 | 10h12   •  Mis à jour le 10.01.12 | 19h36

 

Des manifestants brûlent des pneus à Lagos, mardi 10 janvier.

Des manifestants brûlent des pneus à Lagos, mardi 10 janvier. AP/Sunday Alamba

 

Grenades lacrymogènes et tirs en l'air de la police, mardi 10 janvier, à Bauchi, dans le nord du Nigeria : le pays est entré dans le deuxième jour d'une grève générale pour protester contre la hausse du prix des carburants, alors que les menaces de guerre civile entre communautés chrétienne et musulmane se multiplient.

Depuis lundi, au moins onze personnes ont été tuées : cinq dans la ville de Benin City, dans le sud du pays – où les chrétiens sont majoritaires – et où des assaillants ont également incendié partiellement une mosquée. Six autres personnes ont été tuées dans la ville de Potiskum, dans le Nord, qui est régulièrement la cible des attaques du groupe islamiste de Boko Haram. De plus, près de dix mille personnes ont fui le sud du pays en raison de ces violences.

>> Lire l'éditorial du Monde du 9 janvier : "Le Nigeria et la menace d'une guerre civile"

 

Mardi, de nombreux commerces étaient fermés dans les grandes villes du pays, le plus peuplé d'Afrique avec 160 millions d'habitants et principal producteur de pétrole du continent. La circulation automobile y était faible, les quelques taxis en activité avaient accroché des branchages sur leur capot pour signifier leur solidarité avec les manifestants. Dans Lagos, la capitale économique, une marche était prévue, mais en milieu de matinée seule une centaine de personnes s'étaient rassemblées.

Avant hier, en réfléchissant au sujet de notre "Première fois de Bolg-It Express" je lisais mon quotifien en ligne préféré et je me disais qu'il est bien dérisoire de raconter nos peurs anodines de petits privilégiés quand tant d'autres ont de vraies raisons de craindre, de vraies terreurs à affronter.

J'avais aussi dans l'oreille les mots de Jean Cocteau  rappelant que nous ne craignons jamais que notre disparition, laquelle est inéluctable, il ne sert donc à rien de la redouter... Elle n'est rien qu'anecdote cette crainte là, puisque d'autres que nous connaissons, aimons, que d'autres que nous ignorons, méprisons, demeureront pour connaître de nouvelles peurs...


Capturer-copie-2.JPG

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 08:00

Fais moi peur! 

 C'est en résumé ce que se sont dit  ZetteMhfOrfeenixJoufflette,
 
Cortisone, 
Hadalalibella, JulienChrisPetit Scarabée , Cathy et
 Jean-Michel quand il s'est agi d'évoquer nos 
« Premières Fois » de
 Blog-it Express.

 Sans-titre-copie-1.jpg


J'étais un enfant peureux. Lorsqu'on vit à la campagne, tout est source de
terreurs,
le bruit du vent, le silence de la nuit, les craquements des poutres
du plafond, la 
fermière voisine dont on dit qu'elle jette des sorts, ses chiens
qui grognent dès 
qu'on approche de la haie qui sépare leur domaine du nôtre.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Nous habitions la maison que ma grand mère avait laissé à son fils, mon
père , lorsqu'il 
s'était marié, peu de temps après la fin de la guerre, alors que la
très grave blessure qu'il y avait reçue ne lui permettait ni de loger ni de nourrir
sa famille. Nous habitions toute l'année trois pièces de la maison, et,
dès que commençaient les vacances scolaires, ma grand mère, quelques oncles
et tantes
et surtout de nombreux cousins et cousines arrivaient et occupaient le
reste de la maison la remplissant de rires et de jeux.
 

Cette situation me donnait un ascendant sur mes cousins : j'étais l'occupant
coutumier  
et je connaissais donc mieux les recoins de la maison et les
champs qui l'environnait, ce qui me permettait de jouer les guides pour leur
faire découvrir les secrets que j'avais découverts (ou inventés.)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une fin d'après midi qu'il faisait beau, j'ai emmené B. le cousin qui m'était le plus
proche , celui dont ma mère disait qu'il était mon jumeau, visiter le 
chêne qui
formait une sorte de mat de misaine
  pour le bosquet en forme de navire qui
ponctuait le centre du  pré derrière la maison. J'avais élu cet arbre comme étant
le mien et j'y passais de longues heures, grimpé sur une branche inclinée qui
figurait le fauteuil transatlantique de mon salon de lecture.
Lorsque nous sommes rentrés, nous avons été frôlés par quelque monstre
terrifiant que nous avons à peine entrevu et nous avons parcouru les derniers
mêtres qui nous séparaient encore de la maison en un temps record.

« Un serpent à plumes, nous avons vu un serpent à plumes »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ma mère eut tôt fait de trouver une explication logique à ce qui nous avait tant
effrayés : nous avions croisé une chouette,  affirma-t-elle pour clore l'incident.

Elle peut dire ce qu'elle veut, je crois toujours que Quetzalcóatl est  passé ce
soir là dans le bocage normand.

J'étais un enfant heureux


chouette.jpg quetzalcoatl.jpg

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 08:00

le-defi

Défi N° 72 :Cette semaine, c’est Fanfan http://fdata.over-blog.net/2/32/49/05/avatar-blog-1066427911-tmpphpFUD7aN.gif qui manie l’aviron de la barque des Croqueurs de Mots. Voici la consigne qu’elle nous donne :

Voici le défi que je vous propose :  

Vous écrivez une lettre d'amour délirante ou romantique, ou les deux à la fois, à votre boucher(e), votre boulanger(e), à votre curé (sans "e"), à votre facteur (trice), votre crémier(e), et que sais-je encore ....à qui vous voulez ...

 

Dans cette lettre (pas trop longue), vous introduisez 14 mots (dans l'ordre, de préférence) d'une chanson que vous connaissez tous :

" Ne me quitte pas " ; voici les mots : 

 Oublier- s'enfuit- malentendus- cœur - couvrir- domaine -amour - mort - feu- blé- rouge -ombre- chien- quitte .

Vous le publierez lundi 9 janvier  à 8 heures (programmez-le)  ou plus tard. 

Voyons comment je saurai la détourner !

 

 

 

Ma chère, ma douce, ma tendre amie,

On m’a dit (vous savez qui) que vous attendiez de moi ce jour une lettre enflammée. Il faut (vous le savez) oublier cette prétention. Mon inspiration est comme l’enfant qui s’enfuit dès l’instant où l’on le sollicite et il faut qu’il n’y ait plus de malentendus entre nous, je ne suis pas littérateur. En se référant à mes écrits on constate aisément que mon cœur  ne sait montrer ses sentiments, qu’il est inutile d’espérer me voir couvrir une feuille de papier  de mots précieux pour séduire mon amante. En ce domaine je montre mon absolue nullité et vous demande, mon amour, de ne pas insister. Sachez que c’est la mort dans l’âme que j’ai jeté au feu mille brouillons de lettres avec lesquelles  j’imaginais pouvoir séduire quelque adolescente aux cheveux de blé mûr, du temps où j’avais encore la prétention de savoir écrire (quel orgueil, j’ai aujourd’hui le rouge au front à évoquer ce souvenir !)

Le crépuscule allonge l’ombre du séquoia au pied duquel nous avions coutume de nous retrouver, et c’est entre chien et loup que je quitte ce lieu où je vous avouais naguère les sentiments que je ne saurais  jamais exprimer par écrit !

 

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 00:56

C'est quoi ce mois qui fait penser à novembre ?

nouveau-0108.JPGhttp://photosenblog.over-blog.com/article-rien-a-janvier-96426522.html

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Luc Lambert
  • : Qu'aimeriez vous savoir ?
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Y'a des amis

Et en plus, pour qui aime :

Liens