Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 22:46

Capturer-.JPG

Repost 0
28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 08:00

Sans titre-copie-1

Eh oui, comme l'indique le titre, c'est ma 32ème participation à la  joyeuse pochade qui rassemble

 ZetteMhfOrfeenixJouffletteCortisone, Hadalalibella,

 JulienChrisPetit Scarabée , CathyJean-Michel et votre serviteur.

32, et j'en ai raté quelques unes, par paresse, empêchement ou simple manque d'inpiration... Ne trouvez-vous  pas que ça tourne à l'institution ?

Alors, de quoi qu'on cause entre Noël et le jour de l'an ? de nos premiers souvenirs de fêtes, on ne peut pas toujours être originaux...

Je ne trouve pas de premier souvenir singulier autour de la célébration de Noël. Je me souviens seulement de la dimension strictement religieuse qui était donnée à la fête. Interdiction de parler du Père Noël, cette invention païenne. Cela n'empêchait pas de se livrer au rituel des chaussures laissées le soir du 24 au pied de la cheminée, à côté de la Crèche qui attendait l'arrivée de l'enfant Jésus. Au réveil, le lendemain matin, on constatait qu'Il était venu se placer entre le bœuf et l'âne, et Maman affirmait que c'etait Lui qui avait déposé une orange dans chaque chaussure et non pas un grotesque bonhomme inventé pour tromper les petits enfants crédules ! Il y avait certainement quelque autre cadeau, mais, sans mentir, je ne me souviensde façon assurée  que de l'orange.

Peut-être mon goût du paradoxe remonte-t-il à cette époque. Entendre sa mère affirmer dans la même phrase, ou presque, que le père Noël n'existait pas, qu'il ne fallait pas mentir aux enfants et que c'était le Petit Jésus qui apportait les cadeaux, ça vous forge le tempérament ! Cela ne m'a pourtant pas conduit à conserver la foi inébranlable qu'elle -ma mère- aurait voulu partager avec ses enfants. Je suis retourné à l'église de mon enfance, au centre du village et ce que j'ai lu sur son porche, bien peu d'amour et beaucoup de menaces ne m'a pas incité à faire le chemin du retour vers les croyances de mes parents...

nouveau-0437.JPG

DSCF3821.JPG

Craignez la mort inexorable
Qui chers mortels tient sous ses lois
Tantôt le Sauveur adorable
Et vous et nous aussi nos Rois 

On ne peut mettre en parallèle
Aucuns tourments & la rigueur
Que fait souffrir cette Cruelle 
À tous ceux qui meurent pêcheurs

Vous avez peur de ma figure
Pauvres mortels mais c'est en vain
D'appréhender une peinture 
Qui sera la vôtre demain. 

Puisque vous ne savez pas l'heure
Ni le moment de votre mort
Qu'un chacun veille, prie & pleure
Afin d'avoir un heureux sort 

De vos défunts ayez mémoire
Dont les tombeaux sont en ce lieu
Et les âmes en  ce purgatoire 
Qui n'avoir su que de voir Dieu 

Repost 0
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 11:04

http://www.restosducoeur.org/sites/all/themes/restocoeur/images/logo.gif

Repost 0
26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 08:00

 

Hey ! Cette semaine pour le 71, c'est Poésienne qui s'y colle :

Défi n°71   "Un visiteur venu des étoiles "

 (METTRE EN TITRE DE VOTRE ARTICLE POUR LA LISIBILITE)

 

le-defi

 

    CONSIGNE PROPOSEE

Habitant des étoiles, vous débarquez sur terre après un long voyage pour observer les êtres humains, livrez nous en trente à cinquante lignes vos premières impressions. 


PAR LE BLOG EMETTEUR : poesienne.over-blog.com

Postez votre texte pour

 Lundi 26 Décembre à 8 heures

(programmez)

  COMMUNAUTE CROQUEURS DE MOTS

Comme je n'avais rien à faire en cette fin d'année stellaire, j'ai décidé d'aller visiter cette petite planête dont les anciens disent qu'elle est propice à la vie et qu'elle mériterait qu'on l'aide. On peut dire que je n'ai pas été déçu du voyage. Mon observation a confirmé tout ce qu'avaient auguré les spécialistes de notre monde lorsqu'ils on entrepris de me faire renoncer à cette aventure :

« les Terriens  sont si différents les uns des autres, ils n’ont pas la même langue, ils n’ont pas la même religion, ils n’ont pas les mêmes coutumes, ils n’ont pas la même culture, ils n’ont pas la même histoire et  pourtant  ils se reconnaissent les uns les autres comme des Terriens. Là réside le premier mystère de la terre »
« 
La Terre a sa part de responsabilité dans son propre malheur. On s’est entretué sur la Terre au moins autant que dans les galaxies. »
«
Le problème de la Terre, ce n’est pas de se préparer au retour du malheur, comme si celui-ci devait indéfiniment se répéter, mais de vouloir se donner les moyens de conjurer le malheur, car la Terre a le droit au bonheur comme toutes les autres planètes de l'univers. » 

Je venais donc, plein de bonne volonté, proposer à ces malheureux habitants d'une planète déshéritée de profiter de notre science, de notre sagesse, de notre savoir-faire qui leur manquent si cruellement. Et ma générosité n'a pas été reconnue à sa juste valeur. Quelques énergumènes ont prétendu que j'avais des arrière pensées mercantiles, moi qui n'avais d'autre préoccupation que de partager ma bonté et mon amour.

Ah ! le Terrien est vraiment incorrigible et ne mérite pas qu'on se préoccupe de lui. Je rentre chez nous content de retrouver notre ordre et notre civilisation incomparables...

Repost 0
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 08:00

Sans titre-copie-1

Cette semaine, à l'approche de la Noël, nous (ZetteMhfOrfeenixJoufflette, Cortisone, HadalalibellaJulienChrisPetit Scarabée , Cathy et Jean-Michel) avons choisi d'évoquer le premier jour où nous nous sommes sentis jaloux. C'est une bonne période, Noël, pour qu'un aîné comme moi  se découvre jaloux. Eh oui, comme l'herbe est toujours plus verte de l'autre côté de la barrière, les cadeaux reçus par les petits frères sont nécessairement plus beaux que les siens propres ! J'avais déjà évoqué cet aspect de ma personnalité ici.  J'ai sans doute été un peu envieux, lorsque j'étais enfant. Mais qu'en est il de la jalousie, de la jalousie amoureuse en particulier ? Peut-être suis-je en train de me boucher les yeux de crainte d'affronter une réalité trop difficile, mais il me semble que je n'ai jamais ressenti cette souffrance là. Je me souviens nettement d'histoires d'amour qui se sont terminées, me laissant dans un désarroi proche du marasme, ressentant de l'amertume, mais pas de jalousie...

Lorsque ma première amoureuse platonique a choisi de suivre celui qui était plus hardi que moi,  je me suis reproché de ne pas avoir su lui dire que je l'aimais, mais je n'ai pas su en vouloir à celui qui l'avait fait avant moi. Le monde s'écroulait autour de moi, mais je ne pouvais en vouloir à autre que moi-même...

Allons, vive les vacances ! Je ne suis même pas jaloux de vous les filles qui essayez de provoquer l'envie en décrivant vos escapades à l'étranger...

Je ne bouge pas d'ici, mais mes quatre petits enfants sont là pour que je passe avec eux le plus beau des Noëls.


La jalousie 
Te crèvera le cœur 
Tu attends tu guettes 
Tu épies tu pleures 
A ta merci 
Tu voudrais voir 
Cette femme cette pute 
Cette salope qui traîne 
A ta merci 
Tu voudrais avoir 
Cette pute cette femme  Cette salope chérie 

Merde à la fin 
Tu voudrais avoir 
Cette femme que tu aimes pour toi seul 

A ton boulot 
Tu penses à elle 
Elle est ailleurs 
Avec sa conne de mère 
Qui croit qu'elle est 
Encore à elle 
"Celle-là, un de ces jours 
Je l'enculerai... 
Elle croit qu'elle est 
Le père de mon fils ! 
Sa sale gueule, sa laideur 
Me tournent le cœur 
Merde à la fin 
Je voudrais avoir 
Cette femme que j'aime pour moi seul" 

Chaque instant passé 
Hors de ta portée 
Te rend fou, tu ne peux 
Penser à rien d'autre qu'à elle 
A elle si influençable 
Comment savoir si quelqu'un d'autre 
Ne l'embrasse pas 
Maintenant n'est-elle pas 
Juste en train de te trahir ? 

La jalousie 
Te crèvera le cœur 
Tu attends tu guettes 
Tu épies tu pleures 
A ta merci 
Tu voudrais avoir 
Cette femme cette pute 
Cette salope qui traîne 
A ta merci 
Tu voudrais avoir 
Cette femme cette pute 
Cette salope chérie 
Merde à la fin 
Tu voudrais avoir 
Cette femme 
Que tu aimes si fort 
 

Maintenant n'est-elle pas 
Juste en train de te trahir ? 
Est-elle encore à toi ?

Rita Mitsouko

 

Repost 0
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 08:00

C'est mercredi, on est repartis pour une "Première fois de Blogit Express", toujours avec les mêmes complicesZetteMhfOrfeenixJoufflette,

Cortisone, HadalalibellaJulienChrisPetit Scarabée , Cathy et Jean-Michel .

Cette semaine, il est convenu de parler du premier disque acheté. Eh bien, souvenez-vous, j'en ai déjà parlé ici, lorsqu'il s'agissait de confesser notre passé de fan :

Barbara, que j'ai vu sur la même scène et dont je crois bien me souvenir qu'elle était celle qui chantait le tout premier disque que je me sois acheté : Barbara chante Brel, un microsillon 25cm (eh oui, ça existait à cette époque)

Je vais donc remonter plus loin dans le temps et vous parler du premier souvenir de musique enregistrée que j'ai à la maison. Un beau jour, mon papa est rentré à la mailon avec un nouveau poste de radio au haut duquel il y avait un tourne-disque. Il l'a installé fièrement dans la salle à manger et il nous a fait écouter le disque de Gospel (il disait Negro Spiritual) qu'il avait acheté à la même occasion. J'ai vraiment aimé la voix de Mahalia Jackson qui clamait "In the upper room". C'est sans doute ma première émotion musicale, elle devance probablement de plus de dix ans le premier achat que j'évoquais tout à l'heure, mais il me plait de partager cette autre première fois avec vous...

 

Repost 0
12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 08:00

http://img.over-blog.com/300x144/2/63/02/04/croqueurs/le-defi.jpg

Voici que le septante me tente ! 

L'île de Lilie

Affût

l'archipel de Norlane Deli 

Cette semaine c'est Lilie qui prend la barre de la navette des Croqueurs de Mots. Elle manifeste son doute concernant notre imagination en nous mettant au défi de trouver l'Illumination !

 

Illuminations !

  Choisir une photo, ou deux, ou trois, ou toutes.

Parsemez de mots (pas trop !)

Touillez.

Illuminez l'hiver approchant.

 

Consigne proposée par Lilie-Norlane du blog L'île de Lilie

Publiez le lundi 12 à 8h (programmez) - communauté Croqueurs de mots

 

Que la lumière soit !

100_3030.jpg

Voici qu'arrivent les jours les plus courts de l'année et comme tous les ans, en affrontant la froidure qui revient, les vieilles personnes ne peuvent échapper à l'idée que bientôt ce ne seront plus seulement les jour qui refroidiront mais bien elles mêmes qui ne pourront plus réchauffer leurs vieux membres. Ah ! mourir sans avoir jamais vu la Fête des Lumière à Lyon ! 

La Fête des Lumières 2011 Mais se souvenir avoir arpenté les rues de Chartres, rêvé au reflet d'une bougie dans l'eau de l'Eure,  fragile lueur qui éclaire encore l'esprit cinq ans après... Aspirer à se concentrer dans de saines lectures dans la lumière diffuse des lampes alignées d'une bibliothèque assoupie. Et puis enfin s'assoupir, dans le confort de l'attente du septante et unième...DSCF0587.JPG Chartres en Lumières - ProjetDSCF0657.JPG

 
Repost 0
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 08:00

 Sans titre-copie-1

L'ai-je assez entendu, cette petite phrase, que ce soit dans mon enfance ou bien à l'âge adulte ?
C'est peut-être pour cela que j'ai eu l'envie, moi qui ne porte jamais de montre, de vous parler de la première dont je me souvienne.
Je suis né à une époque où la montre était un instrument un peu rare, forcément précieux et fragile que les enfants n'étaient pas habilités à posséder. Parfois, un vieil oncle vous trouvant gentil vous autorisait à toucher sa montre, à la porter à l'oreille pour écouter son battement...

 

      Posséder une montre faisait partie des rituels d'entrée dans le monde des grands. Traditionnellement, la première montre était offerte par le parrain à l'occasion de la Communion Solennelle, aux alentours de l'anniversaire de 12 ans. Il ne me semble pas qu'elle m'ait été offerte à cette occasion, mais c'est pourtant bien à cet âge là que remontent mes premiers souvenirs d'avoir possédé cet objet merveilleux et d'en découvrir l'usage. A cette époque, nous habitions à Nantes et j'allais rejoindre mes grands parents à Boulogne, sans doute à l'occasion de vacances scolaire. On m'avait donc conduit dans le train et j'étais seul avec la montre dont j'étais très fier. Je me souviens d'elle comme d'un bel objet et surtout de la trotteuse qui parcourait le cadran pour montrer les secondes. Je me suis installé dans le couloir du wagon et je guettais les bornes indiquant les kilomêtres sur la voie tout en gardant un oeil sur le cadran et je me rendis vite compte que le train filait à 12O km/h, à l'approche de Paris : entre chaque borne kilométrique, le temps écoulé était exactement de 30 secondes... 

Voilà ce que je voulais raconter aux amis des Premières Fois ZetteMhfOrfeenixJoufflette,

Cortisone, HadalalibellaJulienChrisPetit Scarabée , Cathy et Jean-Michel 

(Dominique - Petit scarabée - a changé d'adresse et Cathy vient d'être opérée. Je lui souhaite un bon rétablissement !)
Repost 0
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 08:00

 

 

 

Cette semaine, c'est Lilou qui prend la barre du défi :

À L'ABORDAGE !

http://img.over-blog.com/300x144/2/63/02/04/croqueurs/le-defi.jpg

 

défi n°69 

Défi   69       « Les huit éléments » 

Pour ce défi,

je vous propose d’écrire une histoire

vers ou prose

en utilisant les éléments suivants.

Peut importe l’ordre. 

des personnages : un grand-père  et un enfant Jean-Mimi

une profession :   clown

une période :       mars 1889

des lieux :            Le pont Charles à Prague

                             et le département du  Rhône  

un objet :             un pendentif

un animal :          un  lapin

Mais ce n’est pas tout vous devrez aussi placer la phrase  

«  et pourtant, je t’avais prévenu(e) »

Postez votre texte pour

Lundi 28 Novembre à 8 heures


 

En ce champ, je te confie...

DSCF0029.JPG

Ils s’étaient donné rendez-vous sur le chemin détrempé après la pluie. Cet endroit semblait magique dans l’esprit de Jean-Mimi et c’est là qu’il avait voulu que son grand père le retrouve pour lui parler  des jours heureux qu’il avait passés à Prague du temps où il  y faisait le clown, bien avant qu'il  rencontre sa grand-mère. Il le faisait rêver en lui parlant de la lumière du crépuscule vue du Pont Charles, des reflets dorés qu’elle parsemait dans l’eau de la Vltava. C’était  fantastique d’observer la joie que revivait l’aïeul à cette évocation et Jean-Mimi n’aurait cédé sa place contre aucune espérance. Il croyait découvrir les méandres de cette rivière inconnue dans les rides qui ornaient le visage de l’homme, quand  sa contemplation fut troublée par l’apparition d’un lapin de l’année débouchant du buisson voisin. L’animal et marqua un arrêt, comme s’il avait été surpris de trouver là un vieil homme et un enfant, avant de retourner à l’abri du feuillage.

Un autre jour, Jean-Mimi ira s’asseoir au coin du champ, sur le rouleau abandonné là et, lorsque son grand-père le rejoindra, il l’interrogera sur sa rencontre avec Blanche, sa grand-mère, la passion qu’ils avaient tous les deux pour les réalisations de l’ingénieur Gustave Eiffel. C’est à Caluire, dans le département du Rhône qu’ils se retrouvaient à la bibliothèque municipale pour consulter les chroniques de l’exposition universelle de 1889 et celles de la cérémonie d’inauguration de la Tour Eiffel, au mois de mars de cette année là. « Nous aurions  aimé vivre cette époque là, susurra-t-il à l’oreille de Blanche, et pourtant je t’avais prévenue que ce rêve ne pourrait aboutir.»
Ce jour là, tout ému de cette confidence, il l’emmena dans la boutique de Madame Bouginoux pour lui offrir une tour Eiffel montée en
pendentif, comme on offre  une bague de fiançailles…

DSCF0031.JPG


Repost 0
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 08:00

higelin.jpg

Y'a eu du débat cette semaine,  avec ZetteMhfOrfeenixJoufflette,
Cortisone, HadalalibellaJulienChrisPetit Scarabée , Cathy et Jean-Michel  pour se déterminer sur une nouvelle « Première Fois du Mercredi »

De quoi pourrons nous parler pour ébahir un peu plus la cohorte de nos lecteurs impatients ? Au huitième tour de table, par résignation sans doute, nous nous sommes arrêtés à nous exprimer sur notre premier fanatisme : 
 

« C'était qui pour toi, ta première idole ? »

Je dois vous dire que je n'étais pas emballé par ce choix. Je n'ai pas l'impression, par goût ou par éducation, d'être enclin à idolâtrer. Ça n'empêche pas qu'on aime... Mais si je me mets à vous parler de mes amours chanteuses, on va s'apercevoir du fossé de générations qui nous sépare !

Est-ce que je vais évoquer Serge Reggiani, le premier que je suis allé voir sur scène, dans les années 60 du siècle dernier, au Théâtre du Gymnase de Marseille ?  Barbara, que j'ai vu sur la même scène et dont je crois bien me souvenir qu'elle était celle qui chantait le tout premier disque que je me sois acheté : Barbara chante Brel, un microsillon 25cm (eh oui, ça existait à cette époque), ou bien encore Brassens et Devos qui se produisaient aussi au Gymnase, ensemble dans la même soirée ? C'est des souvenirs, vous ne pouvez même pas imaginer, les jeunes !

Eh oui, je me résignais à me présenter devant vous comme un fan de chanteurs morts ! On ne le changera pas, l'ancètre, il est irrécupérable...

Et puis voilà que m'est revenu que j'étais un vrai fan, comme un adolescent de 15 ans, et d'un chanteur bien vivant : Jacques Higelin, un jeune homme de mon âge, qui m'aide à vieillir avec des formules adaptées : « Faut aller vite dans la vie, car on est vite décédé »

Hier soir chez ma fille (on ne peut pas faire plus régressif) je me suis plongé dans  Higelin en Cavale 

de Clémentine Deroudille et de Laurence Leblanc

Ed. Textuel, 2008 Livre-disque 192 pages 240 x 260 mm Relié avec marquage en relief 170 reproductions couleur ISBN 978-2-84597-315-2 ces images en sont tirées                DSCF0060DSCF0057DSCF0063.JPG

 

Repost 0

Présentation

  • : Luc Lambert
  • Luc Lambert
  • : Qu'aimeriez vous savoir ?
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Y'a des amis

Et en plus, pour qui aime :

Liens