Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 19:07

Et nous n'étions pas tout seuls...

 

Ah ! si vous pouviez savoir le bonheur que j'éprouve à pouvoir utiliser ici la première personne du pluriel ! NOUS avons essayé en vain de rejoindre la place de la République avant de rejoindre la Bastille par des rues adjacentes dans lesquelles nous n'étions pas tout seuls non plus mais où l'on pouvait quand même avancer.

Je le connaissais, cet itinéraire, pour l'avoir souvent emprunté pour une bonne raison ou une autre, un peu plus discutable peut-être, va savoir ? Mais c'était la première fois que je le faisais en famille ! Trois générations ensemble, pour Charlie, sur les pavés de Paris, j'en frétille encore ce soir.

Comme j'ai toujours eu quelque difficulté à supporter les contraintes de l'action en groupe, mon expérience de la manifestation s'apparentait plutôt, jusqu'à ce dimanche, à un plaisir solitaire. 

 

 

 

 

Pendant 3 ans (2011 - 2014) nous sommes quelques uns (surtout quelques unes) à avoir échangé autour de nos premières expériences, avant de nous essouffler, de supposer que nous n'aurions plus de première fois à décortiquer ensemble. Eh bien, ne vous en déplaise, j'ai connu ce dimanche, entré dans ma soixante neuvième année, un nouvelle première qui détrône facilement celle que je vous racontait le 21 septembre 2011  

 

 

Arrivés place de la Nation, la marche a tellement fatigué le papi qu'il n'arrive plus à tenir correctement son appareil photo ! L'image n'est pas vraiment réussie mais j'ai la faiblesse de la croire pourtant belle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

p

 

 

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 17:24

“Ceux qui ne savent raconter que la vérité ne méritent pas qu'on les écoute”

Jonas Jonasson

 

Oh ! cela fait longtemps que je néglige les "Premières fois" du mercredi, ce petit plaisir que je partage avec  MHF, JouffletteÉcrits et Délices, LilithCaju, Emma Mentalo, l'Herbe Folle,Cambroussienne, Clem, Beth, Cerysette et quelques autres auxquels je pense aussi. Et puis voilà que nous somme déjà jeudi.  

Ce n'est pas pour cela que je me montre discret, mais il faut quand même convenir que nous avons connu un certain essoufflement au bout de presque trois ans de pratique ininterrompue (09/03/11 l’amoooour) Pas facile de trouver de nouvelles bonnes idées après 150 plus ou moins plaisantes... 

Faisant ce constat, MHF qui est assurément la plus motivée par la survie de notre équipe a lancé un appel d'offre auquel a répondu Monette

Subtile volte face, nos premières fois sont ainsi devenues dernières !

 
 
Je vous souhaite une belle nouvelle année pleine d'écriture.... 
On essaie de faire évoluer le concept pour prendre un nouvel envol ?

 

Cette semaine c'est Lilith qui nous propose de confier notre dernier coup de coeur, comme si ce n'était pas ce que nous faisons le plus souvent depuis que nous avons décidé de publier de petites conneries sur un blog. Pourquoi faut-il que je fasse ma mauvaise langue ?

Un coup de coeur lecture : ce doit être pour mon dernier anniversaire que les proches du vieil homme que je suis m'ont offert Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire de Jonas Jonasson. 

 

Si vous voulez du coup de coeur...

Je l'ai dévoré en quelques jours, éclatant de rire au hasard de la rencontre de Churchill, Staline, de Gaulle parmi d'autres que je n'imaginais pas trouver au détour de ces pages.

 

N'hésitez pas à me souhaiter mon anniversaire (pas tout de suite) je n'ai pas encore atteint les 100 ans !

Et puis, à l'occasion, faites moi partager vos éclats de rire, pas seulement les plus récents.

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 12:10

C'est mercredi, c'est première fois et Cathy nous propose de parler de nos activités extrascolaires !

Voilà un thème qui ne me parle pas. Je ne me souviens pas qu'on utilisait ces mots là lorsque j'étais à l'école, il y a  déjà bien longtemps.

J'ai voulu savoir depuis combien de temps on utilisait l'adjectif  "extrascolaire" pour désigner ce qui se passe autour de la classe, ou dans la classe en dehors du programme, mais le Petit Robert ignore cet article. On l'emploie pourtant bien : chaque année à la rentrée on nous rappelait  l'importance d'avoir une assurance  extrascolaire  et,  à chaque fois,  mon papa répétait que sa "responsabilité chef de famille"   en tenait lieu.

Je crois que j'ai toujours aimé l'école ce qui ne m'a pas empêché de m'y ennuyer beaucoup parfois. A bien y réfléchir, ma première activité extrascolaire  consistait à faire de phénoménales parties de morpion avec mon voisin de pupitre!

 

 

Ce n'est que beaucoup, plus tard que je découvris les ateliers théâtre et autre joyeusetés au sortir de la classe!

Partager cet article
Repost0
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 07:00
T'es encore passé sous l'échelle !

Pourquoi parler de superstition dans nos Premières fois ? Est-ce  la question que se posent ZetteMhfOrfeenixJoufflette,Cortisone,

 HadalalibellaJulien, Chris,

 PetitScarabée , Cathy,  JeanMichel , 

Justine et quelques autres auquels je pense aussi?

 

 

 

 

 

 

 

 

 Ma maman était très supertitieuse ! Bien sûr, elle aurait fermement contesté cette affirmation. Les autres pouvaient être superstitieux, pas elle. Elle connaissait le seul véritable Dieu, le Sien, et sa foi la garantissait contre toute croyance païenne ce qui lui permettait en toute innocence d'offrir à les enfants la médaille miraculeuse de Catherine Labouré pour les protéger de toute mauvais influence.

Elle attachait aussi beaucoup d'importance à nous faire acquérir de bonnes manières à table. Si par mégarde on avait renversé du sel sur la nappe, il fallait en prendre une pincée de la main droite et la jeter au dessus de son épaule gauche en disant "Je m'en fiche !". On ne coupe pas le nez du brie, le pain ne doit pas être posé à l'envers sur la table. Pour décalotter son oeuf à la coque, on ne peut utiliser que sa petite cuillère. Utiliser son couteau pour découper la coquille relève du sacrilège. Et puis, surtout, lorsque l'oeuf est mangé, il faut absolument écraser la coquille car chacun sait que les korrigans s'empressent de se loger dans les coquilles restées ouvertes.

Eh bien, voulez-vous que je vous dise ? j'ai gardé cette dernière habitude et je supporte mal que des coquilles d'oeuf partent à la poubelle saus avoir été écrasées au prélable !

 

 

Et vous,  les croyances de vos parents vous ont elles aussi laissé quelque petite manie ?

Partager cet article
Repost0
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 07:00
Chez Première Fois, on parle pas de Fesses !

Pourtant, cette semaine MHF nos suggère d'évoquer notre premier festival. Elle est beaucoup plus assidue que moi dans notre groupe, même lorsque son appétit de voyage la mêne jusqu'aux Pays Bas. Moi, voyez-vous, dès que je m'éloigne de plus de trois cents mêtres de ma base, je néglige mes lecteurs, et je m'étonne ensuite qu'ils soient moins nombreux que je le voudrais ! 

A Tours, dans les années 60 et au début des 70, il y avait  Les Journées internationales du film de court-métrage. En 1970, j'étais en formation de Directeur d'établissement socio-éducatif (excusez du peu !) et nos formateurs avaient choisi, au printemps de cette année là, de nous faire participer à ce festival dont on  pressentait qu'il ne durerait plus beaucoup, tant M. Jean Royer, maire de Tours et père la pudeur était hostile à cette manifestation.

Je me souviens que nous assistions à toutes les projections, installés dans les premiers rangs de la salle. On nous expliquait que c'était ainsi qu'il fallait se placer dans une salle de cinéma, pour mieux pénétrer dans le film, sans être perturbé par le décor de la salle et les réactions des autres spectateurs. Je ne me souviens pas des films qui étaient présentés mais que nous sommes quelques uns du groupe à être allé voir un western dans autre autre salle de la ville le soir où le festival faisait relâche. Je me souviens que j'étais fasciné par une jeune festivalière que nous voyions régulièrement et qui montrait à qui voulait la voir sa longue chevelure blonde, soigneusement coiffée pour paraître authentiquement négligée...

Et vous, chers amis, avez vous des fesses qui valent ?

Partager cet article
Repost0
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 07:00

Quoi ? ne me dites pas que c'est à nouveau mercredi, le jour des Premières Fois. Ne me dites pas non plus que Cathy nous a proposé cette semaine de nous souvenir de notre premier blog, que MHF a approuvé ce choix bientôt suivie par Lilith qui soutenait pourtant mordicus que nous avions déjà traité ce sujet. Ne me le dites pas parce que c'est vrai. En voilà une drôle d'idée...

Capturer-copie-15.JPG(Clique sur l'image pour l'agrandir)

Je me suis lancé le 6 février 2005, sans doute parce que je m'ennuyais, par pure curiosité, pour tester l'outil que me proposait lemonde.fr et la passion me tient encore...

Elle me donne la joie de communiquer avec vous et je l'en remercie.

Ça c'est du blog, vous en conviendrez !

Partager cet article
Repost0
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 16:05

                                    Aujourd'hui c'est mercredi, le  jour où avec  ZetteMhfOrfeenixJoufflette,Cortisone, HadalalibellaJulien,
 Chris,
 Petit Scarabée , Cathy et Jean-Michel , Justine, et quelques autres, nous avons pris l'habitude de nous souvenir de nos premières fois et de nous les raconter. Et puis voilà que cette semaine, c'est moi qui ai proposé le thème : 
« La première fois où tu t'es cru(e) perdu(e) »
Ah ça, on peut dire que c'est une idée ! Qu'est-ce que je vais bien pouvoir trouver à vous raconter ? Je vous jure, il y a des fois où je me maudis... Pas vous ?

nouveau-0503.JPG

Je suis vraiment incapable de me souvenir d'un premier égarement. Il me semble que j'ai consacré mon existence à marcher juste à côté de mes souliers, peut-être pour assumer ma facette provocatrice, plutôt parce que je ne sais pas faire autrement.

Il me faut l'avouer, j'aime me perdre en me lançant comme ici dans un propos dont je ne maîtrise en rien le défilement, au risque de décourager mes éventuels lecteurs par des digressions insipides.

J'aime braver les interdits et je me souviens que le chemin de ma première école était beaucoup plus court en délaissant les méandres de la route ordinaire  pour s'engager, au passage à niveau, sur l'allée sablée longeant la voie ferrée qui rejoint le village en ligne droite.

J'aime quitter les itinéraires bien connus pour emprunter des sentiers mystérieux où l'on risque à chaque détour être confronté à l'inattendu.

J'aime m'engager dans des voies signalées comme  impasses, pour découvrir que le piéton où le cycliste que je suis alors  peut découvrir un passage au bout du cul-de-sac.

Je me souviens que, du temps où j'écrivais des poèmes, j'imaginais pouvoir les publier dans un recueil que j'aurais appelé Epars, déjà le goût du paradoxe.

Se perdre est un plaisir solitaire que je continue à pratiquer assidûment et dont la satisfaction n'égale guère que celle de se retrouver. Et lorsque je ne suis plus seul mais accompagné de mes petits enfants,  j'aime les emmener dans le bois où jamais nous ne nous perdons.

 

Epars

Je m'éparpille aux quatre coins
De destinées problématiques,
Garde mes goûts fantomatiques 
Et je m'égare de loin en loin.

Je divague le long de voies
Qui sont peut-être mal famées 
Mais que je choisis animées 
De présences qui me choient.

Si je m'égare bien souvent
Ne m'en tenez pas trop rigueur :
N'en serai pire ni meilleur,
Tout ces mots ne sont que du vent ! 


http://envladesphotos.blog.lemonde.fr/files/dscf4378_2.JPG

 


Partager cet article
Repost0
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 16:27

C'est ce qu'on affirme à l'enfant qui reste taciturne, alors qu'il pense seulement n'avoir rien d'intéressant à raconter...

Eh oui, mes amis des Premières fois, je suis resté bien longtemps silencieux, ne m'en voulez pas trop,
ZetteMhfOrfeenixJoufflette,Cortisone, HadalalibellaJulien,
 ChrisPetitScarabée , Cathy,  JeanMichel , Justine et les autres que je n'oublie pas, même si je ne les cite pas aujourd'hui. Je me suis tu ces dernières semaines, soit parce que j'étais absent, parceque je n'avais rien à dire qui puisse importer, soit, plus simplement par paresse.Capturer-copie-14 J'aurais pu vous mentir le 24 avril, j'ai ramé en vain le 22 mai, je suis resté ébahi la semaine dernière.

Cette semaine, c'est Lilith Lo qui nous suggère de nous souvenir la première fois où l'on a été volé... Pourquoi tant de cruauté, faut-il vraiment retrouver la trace de ces moments si douloureux ?

Jeune adulte,  je persistais à suivre la philosophie de ma maman qui consistait à ne jamais fermer la porte car , disait-elle :

  –«Si un voleur trouve la porte ouverte, il comprendra tout de suite qu'il n'y a rien à voler...»

Je ne fermais donc pas à clé la chambre de la Maison des Jeunes de Clichy où j'étais logé en 1969, jusqu'au jour où l'on m'a piqué mon appareil photo, mais ça, je vous l'ai déja raconté :


 

Sans-titre-copie-7.jpg

Et de 10 !
C'est ma dixième participation au petit jeu que je partage avec 
 Zette, MHF, Orfeenix, Joufflette, Cortisone,HadalalibellaJulien :

raconter le mercredi des premières fois dont on se souvient, qu'on en soit fier ou que ce soit douloureux...

Mon premier appareil photo

http://pds.exblog.jp/pds/1/200802/23/28/b0069128_14313973.jpg

Son histoire à un rapport avec ce que je vous racontais pour une précédente première fois : qu'avons nous fait de nos premières payes ?
C'est la deuxième année où j'ai eu un boulot d'été, à Marseille. Cette année là j'ai gagné à peu près le double que la première année. Le salaire sur ma fiche de paye de laveur de voiture dans un station service était à peu près le même que ce lui que m'avait versé la poste mais en plus il y avait les pourboires (eh oui, dans ces temps lointains ça existait encore.)  Je me suis donc retrouvé à la fin du mois d'août possesseur de la somme pharamineuse de 1000 Francs à peu près. Mon papa, à la même époque avait 3000 F de revenu mensuel, entre salaire, pension de guerre, allocations familiales pour nourrir et entretenir la famille de 10 personnes (mon dernier petit frère était né cette année là ou bien celle d'avant, je ne me souviens plus très bien). 

A cette même époque, un magasin extraordinaire s'était ouvert tout en haut de Prado, près de la place Castellane. On y pratiquait le discount , c'était une révolution à l'époque, tout pour fasciner le grand adolescent que j'étais alors. Et je me suis payé mon Nikorex. Une sorte d'ovni : un appareil photo reflex dont l'objectif était fixe : un zoom 85/135, ouverture 1/3.5, cellule au dessus de l'objectif.  Vous pouvez me croire, j'étais fier !

Je l'ai gardé plusieurs années, il a été un bon serviteur, et puis je me je suis fait faucher la première année où je suis venu travailler dans la région parisienne. J'en ai eu d'autre depuis, bien sûr, mais je regrette encore celui là. Voilà pourquoi je voulais vous en parler.


 

La chasse à l'enfant from ggdou on Vimeo.

Je rêve encore d'un monde sans voleurs !
Partager cet article
Repost0
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 07:00

C'est curieux, les associations d'idées ! Cette semaine, pour nos Premières fois, MHF nous suggère de trouver une idée autour du soleil dont on aperçoit enfin le nez à la fenêtre...

pf.JPG

Aussitôt, j'associe cette demande au souvenir du Temple du Soleil, un album de Tintin que me faisait découvrir mon cousin Bruno. Ah ! Tintin, LA bande dessinée qu'on avait le droit de lire lorsque j'étais enfant.

Je me propose donc d'évoquer mes premiers émois en bande dessinée. J'ai l'impression que ce qui apparait pourtant si futile a son importance dans la construction de nos personnalités. La découverte d'une forme exotique correspondant aux schemas qui nous étaient imposés a contribué à déterminer les adultes que nous sommes devenus.

Ce n'est pourtant pas avec Tintin que j'ai d'abord découvert les personnages dessinés qui nous racontaient des histoires. Mon papa était lecteur de L'Aurore et tout jeune, je découvrais avec bonheur les bandes quotidiennes de Blondie et Dagobert, de la Famille Illico et du Fantôme qui venaient taquiner mon imaginaire...

collage_2013-04-17_00-49-34.jpg

Et toi, quels souvenirs de petits Mickey ?

 

Partager cet article
Repost0
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 07:00

Grosse paresse donc pour nos premières fois. Cette semaine Cathy nous suggère de nous souvenir de nos débuts de conducteur automobile.

Sans-titre-copie-3.jpg

Je me souviens avoir déjà traité le sujet le 25 mai 2011 ; nous avions alors convenu de parler de notre première auto et, comme cela m'arrive parfois, j'avais quelque peu détourné le sujet, dans la seule perspective de me montrer brillant à peu de frais. (Vous avez le droit de me traiter d'escroc)

Comme j'ai beaucoup de complaisance en ce qui me concerne, je trouve que j'avais assez bien réussi dans l'exercice et aujourd'hui, je me contente de recopier mon post de l'époque. La flemme me fait parfoir commettre des bassesses !


Mercredi 25 mai 2011

 

 

logo110-copie-2.jpg

"Eh bien, papi, aurais tu du retard à l'allumage ? Faut-il que l'on te prête une manivelle ?" La jeune femme se gausse, elle sait bien qu'en fait ce retard est simplement dû à l'innocente vexation du vieillard que MHF n'a pas trouvé assez original la semaine dernière !

La coupe maison, on y a tous droit enfant ;-)

Commentaire n°5 posté par MHF il y a 5 jours à 20h35

C'est vrai, qu'est ce que je suis banal ! 

Réponse de papiluc il y a 5 jours à 22h30

Il m'est difficile d'évoquer ma première voiture, simplement parceque je n'arrive pas à choisir celle dont je vais vous parler. Je me souviens de la première voiture à friction que m'avait offert mon oncle Gérard, le plus jeune frère de mon père qui rentrait du Maroc pour nous présenter la belle dame corse qu'il avait épousé là bas à l'insu de ses parents... J'avais peut être déjà quelques Dinky Toys, mais celle là fut vraiment une première dont je me souviens encore.

Je me souviens aussi de la première voiture que j'ai conduit dans les pentes de la Vallée de la Grande Chartreuse. C'était la 2CV d'un certain Bernard avec lequel j'étais parti un été en camp d'adolescent avec quelques camarades du lycée, les Jeunes Étudiants Chrétiens, première manifestation d'indépendance vis à vis de la famille qui rejetait toute appartenance à un groupe quel qu'il soit. Je n'avais jamais été tenté d'essayer avant, alors que mes deux frères plus jeunes que moi manoeuvraient déjà régulièrement la 4CV de notre papa dans la petite rue tranquille que nous habitions alors.

Je pourrais aussi vous parler de la Daf 44 que possédait ma princesse lorsque je la courtisais. Cette voiture automatique que je conduisais alors que je n'avais pas de Permis. Il ne m'était pas venu à l'esprit de me présenter à cet examen, alors que je n'avais ni les moyens ni le désir de me payer une voiture. Je vous raconterais alors que j'ai été contrôlé à un barrage de police, une nuit de l'hiver 1970-71. Après que j'ai cherché en vain je permis que je ne possédais pas dans toutes mes poches, le jeune CRS qui me contrôlait, après m'avoir bien embêté,  je n'en menais pas large, finit par me dire "Demandez donc à mademoiselle de prendre le volant. Cela nous évitera de vérifications qui sont toujours fastidieuses" avant de nous laisser partir sans autre forme de procès.

Il faudrait aussi évoquer la première voiture que j'ai acheté, une 2CV, encore une fois, vendue d'occasion 1000 F, soit environ un mois de mon salaire de l'époque. Je n'avais toujours pas le Permis et je regrettai vite ce coup de tête et, heureusement, mon chêque fut refusé par la banque ce qui me permit de renoncer à cet achat sans que le garage puisse s'y opposer.

Voilà, mes amis de la première fois ZetteMHF, Orfeenix, Cortisone

HadalalibellaJulien et Lilith  , je vous laisse choisir la première voiture que vous préférez.

Vous savez quoi : j'avais oublié Joufflette  

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Luc Lambert
  • : Qu'aimeriez vous savoir ?
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Y'a des amis

Et en plus, pour qui aime :

Liens