Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 08:00

http://img.over-blog.com/300x144/2/63/02/04/croqueurs/le-defi.jpg

Voici que le septante me tente ! 

L'île de Lilie

Affût

l'archipel de Norlane Deli 

Cette semaine c'est Lilie qui prend la barre de la navette des Croqueurs de Mots. Elle manifeste son doute concernant notre imagination en nous mettant au défi de trouver l'Illumination !

 

Illuminations !

  Choisir une photo, ou deux, ou trois, ou toutes.

Parsemez de mots (pas trop !)

Touillez.

Illuminez l'hiver approchant.

 

Consigne proposée par Lilie-Norlane du blog L'île de Lilie

Publiez le lundi 12 à 8h (programmez) - communauté Croqueurs de mots

 

Que la lumière soit !

100_3030.jpg

Voici qu'arrivent les jours les plus courts de l'année et comme tous les ans, en affrontant la froidure qui revient, les vieilles personnes ne peuvent échapper à l'idée que bientôt ce ne seront plus seulement les jour qui refroidiront mais bien elles mêmes qui ne pourront plus réchauffer leurs vieux membres. Ah ! mourir sans avoir jamais vu la Fête des Lumière à Lyon ! 

La Fête des Lumières 2011 Mais se souvenir avoir arpenté les rues de Chartres, rêvé au reflet d'une bougie dans l'eau de l'Eure,  fragile lueur qui éclaire encore l'esprit cinq ans après... Aspirer à se concentrer dans de saines lectures dans la lumière diffuse des lampes alignées d'une bibliothèque assoupie. Et puis enfin s'assoupir, dans le confort de l'attente du septante et unième...DSCF0587.JPG Chartres en Lumières - ProjetDSCF0657.JPG

 
Partager cet article
Repost0
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 08:00

 

 

 

Cette semaine, c'est Lilou qui prend la barre du défi :

À L'ABORDAGE !

http://img.over-blog.com/300x144/2/63/02/04/croqueurs/le-defi.jpg

 

défi n°69 

Défi   69       « Les huit éléments » 

Pour ce défi,

je vous propose d’écrire une histoire

vers ou prose

en utilisant les éléments suivants.

Peut importe l’ordre. 

des personnages : un grand-père  et un enfant Jean-Mimi

une profession :   clown

une période :       mars 1889

des lieux :            Le pont Charles à Prague

                             et le département du  Rhône  

un objet :             un pendentif

un animal :          un  lapin

Mais ce n’est pas tout vous devrez aussi placer la phrase  

«  et pourtant, je t’avais prévenu(e) »

Postez votre texte pour

Lundi 28 Novembre à 8 heures


 

En ce champ, je te confie...

DSCF0029.JPG

Ils s’étaient donné rendez-vous sur le chemin détrempé après la pluie. Cet endroit semblait magique dans l’esprit de Jean-Mimi et c’est là qu’il avait voulu que son grand père le retrouve pour lui parler  des jours heureux qu’il avait passés à Prague du temps où il  y faisait le clown, bien avant qu'il  rencontre sa grand-mère. Il le faisait rêver en lui parlant de la lumière du crépuscule vue du Pont Charles, des reflets dorés qu’elle parsemait dans l’eau de la Vltava. C’était  fantastique d’observer la joie que revivait l’aïeul à cette évocation et Jean-Mimi n’aurait cédé sa place contre aucune espérance. Il croyait découvrir les méandres de cette rivière inconnue dans les rides qui ornaient le visage de l’homme, quand  sa contemplation fut troublée par l’apparition d’un lapin de l’année débouchant du buisson voisin. L’animal et marqua un arrêt, comme s’il avait été surpris de trouver là un vieil homme et un enfant, avant de retourner à l’abri du feuillage.

Un autre jour, Jean-Mimi ira s’asseoir au coin du champ, sur le rouleau abandonné là et, lorsque son grand-père le rejoindra, il l’interrogera sur sa rencontre avec Blanche, sa grand-mère, la passion qu’ils avaient tous les deux pour les réalisations de l’ingénieur Gustave Eiffel. C’est à Caluire, dans le département du Rhône qu’ils se retrouvaient à la bibliothèque municipale pour consulter les chroniques de l’exposition universelle de 1889 et celles de la cérémonie d’inauguration de la Tour Eiffel, au mois de mars de cette année là. « Nous aurions  aimé vivre cette époque là, susurra-t-il à l’oreille de Blanche, et pourtant je t’avais prévenue que ce rêve ne pourrait aboutir.»
Ce jour là, tout ému de cette confidence, il l’emmena dans la boutique de Madame Bouginoux pour lui offrir une tour Eiffel montée en
pendentif, comme on offre  une bague de fiançailles…

DSCF0031.JPG


Partager cet article
Repost0
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 16:26

 


 

Sans oublier pourtant que  http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTFoChx-sHfijnS2TkrTFOSM8q6Z66IkuZLvz6GW_YFAxxHL7cV http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRLmI7BQ-fpAkIFl5aEifSHnWsOMhbwez0ZgV2UhjgeC9xmgdx6ZA

 

Si vous trouvez ça drôle, n'hésitez pas à le dire dans les commentaires (si vous trouvez ça très con aussi, d'ailleurs !)

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 22:51

DSCF9715.JPG

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 07:00

http://img.over-blog.com/300x144/2/63/02/04/croqueurs/le-defi.jpg

Cette semaine  une dame  inconnue,   la Marquise Vert de Grisaille,  manifeste son goût de jouer avec les mots et  prend la barre du défi  des Croqueurs de Mots : 

 

 Défi n°66 de la Communauté overblog des Croqueurs de Mots

Bonjour Croqueuses et Croqueurs de Mots! Le thème de ce défi m'a été inspiré par le souvenir d'un dessin envoyé par un de mes meilleurs amis. Remercions donc CrazyHorse Motel (link), qui m'a autorisée à publier l'illustration ci-dessous, et auteur du dessin de fond de mon blog.

 

Le thème:

Enlacez vos lacets sans vous lasser!

 

ConverseVertdeGrisEdition

 

De quoi s'agit-il? Partez d'un objet aussi anodin qu'un lacet, serpentez sur ses boucles et ses (in)sinuations, et laissez-le créer le noeud complexe d'un moment. Car, après tout, ce sont les objets les plus anodins qui nous sont les plus utiles, et qui nous ramènent parfois des souvenirs d'une époque, d'un instant, d'un autre objet chéri, d'un détournement d'utilisation, d'une pensée incongrue...


Madame la marquise nous convie donc à divaguer à partir d'un objet. Voilà le genre de défi qui séduit !
Bah ! je vais jouer les rebelles en négligeant l'objet pour mieux m'attacher au mot
 Quoi que, comment trouver mieux qu'un lacet pour attacher ?

 

Las ! celui-là, celui là ! 

« Enlacez moi, enlacez moi ! » répète inlassablement l petit homme au visage désespéré.  Cette supplique amuse un instant  lapeau-dune-peripateticienne-L-1-copie-1-copie-1.jpeg jeune prostituée, puis la plonge dans une stupeur qu'elle ignorait pouvoir ressentir.

« Remets-toi mon biquet. Je peux si tu veux te baiser, te sucer, te fesser si c'est ce que tu aimes. Tu peux venir me voir pour te délasser, mais t'enlacer, c'est déplacé !  Mon boulot c'est la passe et certains ne s'en lassent. Tu ne vas pas pleurer. Finis ton verre et libère la place ! »

Il s'en va tête basse. Ah ! quel manque de classe !

 

image trouvée chez Simply Roxie qui souvent surprend   

 

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 23:01

Octobre et voici que Virginie B nous demande pomme et douceur.

DSCF0422.JPG

Celle ci est tombée dans l'herbe il y a déjà cinq ans (2 septembre 2006) et ses soeurs ont déjà paradé par ici !

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 11:12

Capturer-copie-8.JPG

Ce matin, rentrant d'en ville par la Côte de la Pierre à Poisson, mon regard est attiré par un graffiti établissant une relation d''équivalence entre une religion monothéiste et une maladie immuno-déficitaire dramatique.

Je me dis qu'il est temps de chercher un vaccin contre la connerie ! 

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 07:00

 

     http://img.over-blog.com/300x144/2/63/02/04/croqueurs/le-defi.jpg  

Cette semaine, c'est Pascale la Tricotineuse qui nous propose le défi des Croqueurs de mots

Prenez dans cet ordre :

du fil, une ou des pelote(s), du tissu, des perles, du coton,

un ou des bouton(s), , un ou des (s), un patron,

un peu d'imagination, un outil tranchant de votre choix

et une ou des aiguille(s)

Vous écrirez un texte sous la forme qui vous plaira

en utilisant l'outil tranchant

en respectant l'ordre des mots imposés (en gras)

qui n'a strictement rien à voir de près ou de loin

avec la couture ou le tricot !!

 

Défi n°65,

65 c'est aussi mon anniversaire, alors je m'y colle.

 

SCÈNE DE RUE

images-copie-3.jpg


 

 « Petit misérable ! tu vas détruire le fil de ton couteau, si tu continues à le maltraiter avec cette meule ! » Le vieil homme se montrait toujours bourru, il soignait le personnage d’ours solitaire qu’il avait acquis au long des années passées à exercer son art de ville en ville, de quartier en cité, poussant devant lui ce qu’il appelait sa roulotte, agitant sa cloche et appelant d’une voix claironnante :
« Couteaux, ciseaux, outils, c’est le rémouleur ! »
 Contrairement à ce qu’il voulait faire apparaître, il éprouvait un vrai plaisir à partager son savoir avec les enfants qui tournaient autour de sa meule. Loin de lui pourtant l’idée de les inciter à choisir ce métier malaisé.
—« Ce n’est pas comme ça que tu pourras faire ta pelote. Tu fais bien mieux d'apprendre  à l’école ! »
 Son visage ridé, sa peau tannée par le soleil et le vent affrontés toute l’année ressemblant à un  tissu froissé ne pouvaient dissimuler un sourire. Ce petit là, il le connaissait bien et il était attendri par le désir de se perfectionner qu'il manifestait. Alors qu'il lui montrait le bon geste à accomplir, quelques gouttes de sueur formaient des perles sur le front de l'enfant.
—« Voilà, tu peux l'essayer maintenant, tu verras qu'il coupe mieux qu'un genou de bonne soeur »
 Il fait vraiment chaud en ce début d'automne pensa-t-il, sortant son mouchoir en coton pour essuyer son propre front. Il s'étonnait que l'enfant garde son bouton de col fermé. Sans doute était-ce  la règle que la  famille imposait. Tout cela ne le regardait pas, chacun suit sa voie. Cette réflexion l'amena à se souvenir du temps où il s'était enfin décidé d'ouvrir grand son col de chemise, lorsqu'il s'était lancé dans ce travail de rue. Il avait fait ça un peu comme lorsqu'on se fie au hasard d'un lancer de dés et  ne regrettait pas ce choix. C'est ce qui lui avait permis d'être son propre patron, même s'il devait ainsi rester toute sa vie un gagne petit...
Il remonta la rue, poussant devant lui sa meule qui semblait plus lourde en cette fin de journée.

Simone était rentrée chez elle, fatiguée par cette chaleur inaccoutumée. Elle referma sa fenêtre, jetant un dernier regard sur la rue qu'envahissait déjà le crépuscule. Retournée dans le vestibule, elle se pressa de retirer pour retirer les chaussures à talonsaiguille qui la faisaient souffrir en cette fin de journée. C'est alors qu'elle se surprit à penser :
—« C'est tout de même extraordinaire, tout ce qu'on peut imaginer à la seule vue d'un vieil homme dans la rue ! »


 

 



 http://membres.lycos.fr/coquilla/hpbimg/remouleur.bmp

Image trouvée sur le net 

le télégraphe et le rémouleur

 

 

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 17:01
On trouve de tout sur Blog-It  Express
Capturer-copie-7.JPG
et un rien nous amuse
(capture d'écran samedi 24 septembre 2011, 18 heures) 
Partager cet article
Repost0
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 07:00

DSCF9973-copie-2.JPG Virginie B  une nouvelle fois nous convie à un défi dont je raffole 

Un jouet pour l'anniversaire de Violette

(deux ans déjà !)

Quand tu auras fini de dormir

Quand tu auras bien caliné ta poupée

N'hésite pas à jouer à la voiture

Pour les filles aussi, c'est permis !DSCF9970-copie-1.JPG

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Luc Lambert
  • : Qu'aimeriez vous savoir ?
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Y'a des amis

Et en plus, pour qui aime :

Liens